Repérage Islande – Avril 2016

_MG_1600
_MG_1641
_MG_1639
_MG_1614
_MG_1618
_MG_1632
_MG_1635
_MG_1749
_MG_1806
_MG_1815
_MG_1678
_MG_1753
_MG_1775
_MG_1809
_MG_1851
_MG_1938-Panorama
_MG_1905
_MG_1970
_MG_1644
IMG_4608
Sombre, glacé, les éléments déchainé voilà comment j’imaginais les conditions de surf en Iceland, très intimidantes!
Après avoir passé une nuit dans une auberge de capital, je prend ma planche, pour aller checker le swell annoncé, pour me rendre sur les spots de la péninsule de Reykjavik. Quelque peu intimidé à l’idée d’être seul, ma peur s’efface soudainement, quand un californien surgit du lobby en courant !
– Hey Dude !! You’ going sufin !! ??
– Hum yep ! And I am actually looking for surfers !
– WHAAATT!!! ??
La bouche grande ouvert, ébaillie par ma réponse que je viens de lui donner, je le vois partir en courant dans sa chambre d’hotel pour aller chercher sa planche. C’est comme ça que j’ai rencontré Rory, un californien au étude en Ecosse, qui comme moi souhaitait dompté les vagues du grand nord atlantique.
Un swell du sud nous fait partir au sud de la péninsule, au spot de « Thorli ». Tell un nom tout droit sorti de la mythologie scandinave nous somme prêt à tout pour surfer les eaux ténébreuse et glacée de l’iceland. Après une heure de route à travers des champs de lave brumeux nous arrivons au fameux spot.  Se que nous y trouvons nous émerveille!!
Une belle droite, head high, déroule sous nos yeux!  Sous un grand ciel ensoleillé qui nous offre un petit 15 degré, mais une eau à 7° !  Dans l’eau… Crowded… c’est ce que les locaux nous disent quand on aperçois 5 mec à l’eau!
On se couvre de néoprène on saute à l’eau pour les rejoindre avec une certaine hésitation. De grand viking d’1m90 se partagent les vagues ! Il se trouve finalement qu’il sont très heureux de savoir que nous venons surfer dans leur pays. Peu être qu’il se sentent un peu seul !
On partagent les vagues on discute des conditions de surf en icelande bref que du bonheur de se retrouver à l’eau avec des locaux. Enfin un pays ou le localisme ne gâche pas tout.
Le lendemain je dit aurevoir à mon compagnon Californien pour rejoindre des amis et ma chérie au nord de l’icelande. Sa tombe bien le swell sera présente. Je m’informe, et il se trouve que la fjord d’à côté ou mes amis logent se trouve l’un des meilleures spot d’Islande. Olafsfjordur ! Un droite qui déroule sur une centaine de mettre sur les cailloux.
Se jours là je retrouve exactement l’image que j’avais du surf en Islande, sombre, couvert de nuage, même brumeux, froid, une eau à 3 degré et pour couronné le tout des Fulmers (Mouette Islandais) qui m’attaquent !
Les set offre de petites vagues, difficilement surfable. Je dois donc attendre la rogue wave, chest high, pour avoir du fun. Elle arrive environ toute les 15 min, se qui amène une attente dans l’eau glacé, difficilement supportable. Je ferait alors une courte session, ne sentant plus mes extrémité… Heureusement que presque partout en Island on trouve des bain thermaux, chauffé à la chaleur de la terre, et même des rivières d’eau chaud.
Les jours suivant le swell ne fut pas assez consistent pour me mettre à l’eau, j’en ai profité pour checker toute la côte du Trollaskagi au nord de l’Islande et découvert des spot immaculé, des gauche, des droite. Je n’ose pas imaginer le résultat quand un swell de taille est là.

L’Island ma convaincu, des lineups vide, des vagues parfaite pour une aventure au bout du monde !

Textes et Images : Greg Williams



2 réponses à “Repérage Islande – Avril 2016”

  1. Hours dit :

    Bonjour,

    Ton article est alléchant, je suis sur un projet du même genre en ce moment. Tu conseilles quelle période pour profiter de bonnes conditions et du pays?

    Merci d’avance je vais continuer à explorer ton blog du coup!

  2. Admin dit :

    Hello, merci pour ton message.

    De décembre à avril tu aura de très bonne condition. Par contre les temperature avoisine le 0.

    Autrement toute l’année sa fonctionne également mais plus aléatoire. Je dirais avril perso. Car il commence à faire chaud et on a les restes du swell d’hiver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *